31 mars 2008

Dura Lex Sed... n'importe quoi !



Un petit jeu : qui a écrit ceci ?

"Ces modifications corporelles (...) traduisent plusieurs états : perception négative des conditions de vie, mauvaise intégration sociale, souci d’amélioration de l’image de soi, précocité des rapports sexuels avec grand nombre de partenaires, homosexualité, usage de drogues et consommation d’alcool, activités illicites et appartenance à un « gang », mauvaises habitudes alimentaires. (...). Il en ressort que, même si toutes les couches sociales sont concernées, surtout à cause d’un indiscutable phénomène de mode, ces pratiques, réalisant plus ou moins des marqueurs identitaires ou d’appartenance à un groupe social, sont plus le fait de populations fragiles (adolescents, délinquants, individus en proie à un mal-être et ayant besoin d’affirmer leur identité, sujets incarcérés…) ou ayant une conduite à risque (addictologie, précocité et multiplicité de la sexualité)"
réponses :
a/ une secte religieuse extrémiste
b/ un groupe fascisant
c/ l'académie nationale de médecine
2 minutes de réflexion....
Vous avez tous gagné !
Car quiconque se cache derrière le sobriquet pompeux d'

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE
est en réalité un dangereux fanatique totalement déconnecté des réalités de ce monde, en plus particulier de celui du tatouage en France... Car à lecture de ces quelques lignes de haine pure on se doute bien que la (ou les) personne qui en est à l'origine, ne connait rien du sujet qu'elle aborde de façon aussi cavalière. De toute façon en annexe bibliographique sont citées majoritairement des sources américaines ( appartenance à un "gang" : LOL), relatant un contexte social totalement différent du notre, preuve que ces gens ne sont pas assez intelligents, ou trop paresseux, pour faire eux-même une enquête de terrain poussée.
Amis tatoués, êtes-vous cette bande de dépressifs, narcissiques, délinquants, homosexuels, obèses, obsédés, drogués, asociaux décrits ci-dessus?

Je m'adresse aux nombreux gendarmes, pompiers, policiers, militaires que j'ai pu piquer, mais aussi aux fonctionnaires, profs, instits, artisans, chefs d'entreprise, médecins, infirmières, travailleurs et employés, agriculteurs et sportifs ...bref un belle brochette de gens dits "normaux" qui s'adonnent au tatouage!

Etes-vous ces rebuts de notre société que l'académie nationale de médecine décrit dans sont pamphlet?

Pour qui se prennent ceux qui insultent ainsi plusieurs centaines de milliers de citoyens français ?


Le tatouage n'est-il que le stigmate, le symptôme de quelque inadaptation ou vice? Qui en 2008 peut-être assez stupide pour proférer de pareilles âneries? Qui, d'ailleurs, dans une liste de défauts et de comportements négatifs, est suffisamment arriéré pour inclure l'homosexualité, entretenant une coupable confusion entre un choix de vie largement accepté aujourd'hui et des tares, ou attitudes supposées telles.


Allez mettre le nez dehors, vous les tartuffes; le tatouage en France, en 2008,est un acte anodin, indépendant de classe social ou d'activité sexuelle ou professionnelle. J'ai tatoué des riches, des pauvres, des jeunes et des vieux (doyen -68 ans), des hétéros, des bis, des gays, des lesbiennes, mais aussi des gros, des maigres, des beaux, des moins beaux, de droite et de gauche, des musulmans, des cathos, des juifs, des bouddhistes, des qui ne croient en rien... Avez-vous jamais franchi les portes d'un studio de tatouage? Qui parmis votre assemblée de -non-sages est porteur d'un tattoo ou d'un piercing, qui parmis vous exerce cette magnifique activité, plus vieille que celle de médecin si l'on en croit nos amis archéologues .

Car tant est variée la population des mes clients, l'est encore plus le dictionnaire des raisons de se faire tatouer:
-pour le plaisir
-par amour
-par amour de l'art
-en souvenir d'un défunt
-en souvenir d'un vivant
-pour mettre son corps en valeur
-pour affirmer une conviction, une croyance
-pour affirmer ses racines...

Sans compter les combinaisons et variations qui font la richesse de l'esprit humain, mais de grâce , évitez ces archétypes obsolètes ou déplacés. Et ne nous soumettez pas à ces dictats antédiluviens qui voudraient nous déposséder de nos enveloppes charnelles au profit d'illusoires déités... Notre corps nous appartient, libre à nous de le décorer si bon nous chante !

Un tatouage n'a aucune valeur morale intrinsèque, c'est juste un dessin sur la peau. lâchez nous un peu avec la morale à grand-papa !
Quand on pense que cet immonde torchon a servi de base au décret sur la règlementation du tatouage et du piercing en France, la nausée me monterait presque aux lèvres...

19 mars 2008

Prise de tête, suite....


Bon, je suis d'un naturel plutôt sympa, quand on est poli et gentil avec moi, je suis une pâte... mais quand on me prend à rebrousse poil, ça ce passe généralement moins bien (même si , l'âge aidant j'ai un peu plus de diplomatie) !

exemple 1 : cet après-midi une cliente à qui j'ai piqué 2 tigres, il y a 2 ans, un blanc et un roux (un normal , quoi) , passe au magasin et me demande gentiment si je peux lui passer le blanc au roux, parce qu'elle le trouve trop fade. La mon côté "bon gars" rentre en action, je lui passe son albinos à l'orange, et quand elle sort son chéquier pour payer, je lui fait mon plus beau sourire et lui offre la retouche. Aimable et commerçant...

exemple 2 : cet après midi, le client qui m'avait déjà pris la tête ( voir l'article "prise de tête") pour une micro retouche de l'ordre du quart de millimètre sur de tout petits caractères, au demeurant très proprement effectués, et à qui j'avais expliqué que compte tenu de la qualité médiocre des originaux fournis, et la taille des motifs, il n'y avait pas là lieu à retouche, me rappelle... alors que je pensais avoir correctement exposé mon point de vue et mon refus... pour me demander quand je comptais faire les retouches ! Et là, grosse erreur !
Au lieu de me demander gentiment si on pouvait quand-même y faire un petit quelque chose pour lui faire plaisir, ce que j'aurais accepté, ne serait-ce que pour avoir la paix; non, on monte sur ses grand chevaux, on vitupère : on est super pas content, les tatouage sont ratés (faux!), on ne sait même pas si on a envie de faire les retouches chez moi (de toute façon j'ai dit "non"), on va me faire de la mauvaise pub, et que si je n'aime pas mon métier je devrais en changer (LOL!!!) et blah blah blah (hystérique et menaçant)...
Voyant à quel type d'hystérique (je me répète!) j'avais affaire, j'ai donc raccroché au nez de l'importun juste avant de devenir grossier (ce que je sais très bien faire).

15 minutes plus tard je reçois le SMS suivant :
"la pub sera a la hauteur du professionnalisme, retombées garanties !!! C mon job... et moi je sais le faire".

Là on touche le fond! Alors si cette personne s'imagine qu'après ce genre de courageuse et infantile attaque téléphonique, je vais mettre un genoux à terre et donner cour à son fantasme de persécution ou à sa tentative d'extorsion d'agrandissement, c'est très, très mal me connaitre.

Que répondre à cela ? Vu la personne concernée, ça serait très facile de virer à l'attaque personnelle, à la raillerie (méritée) ou à la diatribe; mais j'ai déjà suffisamment perdu de temps avec cette pauvre créature, je n'ai même pas répondu au SMS. Juste dire que si cette personne travaille vraiment dans la communication , il faudrait qu'elle applique à sa vie personnelle les plus basiques règles de publicité : on obtient 100 fois plus avec un sourire qu'en faisant la gueule (en parlant de professionnalisme...) . En l'occurrence, sa retouche, avec moi, elle peut se brosser !

Elle aura au moins eu le mérite de faire marrer les clients du magasin auxquels j'ai fait lire son petit message mesquin.

Always look on the bright side of life !

15 mars 2008

Billevesée



Entendu dans un studio de tatouage, de la part du tenancier en réponse à une demande de dessin
:
"Je ne prépare pas de dessin, ça me fait perdre mon temps!"

Bon alors ? Tu piques à partir de quoi, génie? Le journal? Du papier peint?

LOL! XD! MDR!
Quant on sait que l'inventeur de cette merveilleuse phrase se prétend un cador du tatouage départemental alors que je passe la moitié de ma vie à recouvrir ses superbes prestations ratées... Pour ceux qui sont familiers avec mon blog, c'est aussi celui qui fait mousser ses 3 mois délais alors qu'il ne travaille que 2 ou 3 heures par jour... du grand n'importe quoi !

Dieu sait que je déteste me mêler du travail de certains que je peine à nommer "collègues", mais parfois quand médiocrité et stupidité se donnent la main, j'ai du mal à garder le silence.

Conseil habituel : si on vous répond ce type d'indignité quand vous demandez un dessin : FUYEZ!!!

Prise de tête....




La vie serait trop triste sans ces petites prises de têtes parfois quotidiennes qui rendent notre métier plus "piquant" !

Cette semaine j'en ai vu passer une que l'on ne m'avait jamais faite !

En résumé : on me demande de faire 3 mini tatouages à différents endroits du corps. On a pas beaucoup d'argent, donc je fais dans le social, pensant avoir droit à un minimum de reconnaissance, je fais un tout petit prix. On est d'accord, les originaux sont miteux mais j'arrive à en tirer quelque chose à piquer. Donc je pique : jusque là tout va bien, tout est carré. Lendemain, coup de fil, on me demande quand on peut attaquer des retouches : je tique un peu vu la taille des motifs et le souvenir que j'avais de la veille, mais bon , je dis de repasser cette semaine.

C'est là qu'on rigole !
On se pointe au magasin avec des agrandissements macro en A4 des motifs piqués (taille réelle piquée 8/9mm) et de me faire un flan, photo à l'appui pour un écart de inférieur au demi-millimètre entre les tatouages (correctement rentrés au demeurant) et un tracé vectoriel surimprimé sur les A4 (que je n'avais pas lors du tatouage).

Je rêve !!
Un tatoueur n'est pas une imprimante !
Autrement tout le monde se ferait tatouer par son PC!
Ensuite la qualité d'un tatouage est grandement fonction de la qualité du dessin d'origine : le tatoueur n'est pas devin ou télépathe : il tatoue ce qu'on lui présente, pas ce que l'on s'imagine qu'il va comprendre dans une base pourrie.
A moins que vu l'insistance du client à vouloir "rattraper" le tatouage par un plus gros, j'ai failli être victime d'une tentative d'extorsion d'un agrandissement gratuit... ça m'apprendra !

J'ai donc expliqué au client qui me tirait une gueule d'enterrement que je n'allait pas lui agrandir son tatouage gratuitement, et que quant à faire une correction à peine visible, de l'ordre du demi-millimètre sur un micro-tatouage, ben c'est un peu de la science fiction...

Bilan : en échange de ma gentillesse et de 3 tatouages très correctement piqués j'ai obtenu une tentative d'arnaque et une demi engueulade... Faudrait éviter de prendre les tatoueurs pour :
-a/ des périphériques PC.
-b/ des naïfs.
-c/ mère Térésa.

Qu'est-ce que je suis patient parfois, je m'étonne tout seul !